Bioéthique


Les défis du Génie génétique et de la Biotechnologie moderne


La nature, laissée à elle-même, avait ses propres principes pour transmettre et perpétuer au sein de l’espèce les meilleurs gènes : la sélection, l’adaptation et la compétition. En effet, dans les basses-cours ou au sein de plusieurs types de troupeaux d’animaux sauvages, c’est uniquement le mâle fort, robuste, dominant qui pouvait s’accoupler avec les femelles pour transmette ses propres gènes aux générations successives. Grâce à la compétition reproductrice et aux principes d’adaptions, la nature imposait des normes aux processus évolutifs des espèces. Pour conserver la bio-diversité dans la nature, un mur génétique infranchissable empêchait la fécondation entre espèces différentes : le coq, quel que soit son courage, son audace, sa velléité et ses ambitions, ne pourra jamais s’accoupler avec la femelle d’un éléphant pour avoir des petits aussi grands que des autruches.Mais, aujourd’hui, avec la biotechnologie, l’homme peut intervenir d’une manière très spectaculaire dans l’évolution du vivant : il peut, par exemple, prélever un gène particulier d’une mouche et l’insérer dans le génome d’une plante comme la tomate pour donner à cette dernière un goût particulier ou alors prendre des gènes spécifiques de l’homme et les intégrer dans l’embryon du porc en vu d’obtenir, par la suite, un coeur de cochon « humanisé » qui pourrait être utilisé comme greffe tolérée, sans rejet, chez les humains. Il existe donc une grande différence entre les hybridations classiques qui respectaient l’interfécondité au sein des espèces non divergentes et les procédés de la génétique moléculaire qui évacuent toutes les barrières biologiques en utilisant l’ADN, fond commun du vivant, comme cheval de Troie pour modifier génétiquement les organismes des vivants (OGM). C’est à ce niveau que se posent de nombreuses questions d’ordre épistémologique, philosophique, éthique, biomédical et théologique : « Homo Sapiens sapiens, quo vadis ? » Jusqu’où et à quel prix, Homo Sapiens, vas-tu, dans les laboratoires de recherche, manipuler la vie des organismes en changeant leur ontologie et leur destinée ?
 Prof. Jacques Simporé



Appel à candidature pour le recrutement d’experts, animateurs d’ateliers de (...)

Code d’Ethique et de Déontologie des Enseignants-chercheurs du Burkina (...)

Copyright LaBioGene 2013 - 2014